Comment lire un Pedigree ?

Comment lire un Pedigree ?

Preuve qu’un chien est inscrit au Livre des Origines Français (LOF), le pedigree est un document officiel présentant la généalogie du chien ainsi qu’un grand nombre d’informations sur le chien lui-même, mais également sur ses ascendants et ses collatéraux : résultats de performance en exposition « de Beauté » ou en concours de Travail, résultats de dépistage de santé ou encore identification ADN.

 

Au fil des années, les pedigrees se sont enrichis de nombreuses informations concernant les chiens (performance, santé, cotation, identification génétique, etc.). Très complets, les pedigrees peuvent néanmoins sembler obscurs à un néophyte en matière de sélection canine.

 

Nous apprenons ici à lire ces documents.

 

L’affichage des résultats et des cotations

L’enregistrement des résultats

Afin d’aider les éleveurs dans leurs efforts de sélection, la SCC peut enregistrer les résultats obtenus par les chiens (performances, santé…) et les faire ressortir sur leurs pedigrees et ceux de leurs descendants. Au fil des années, les documents généalogiques se sont donc enrichis d’un grand nombre d’informations. Afin que les documents papiers restent lisibles, ces informations sont généralement notées sous la forme d’abréviations. Leurs significations sont détaillées au dos de chaque document (résultats de conformité au standard en exposition, résultats de concours de travail, couleurs de robe, identification génétique, compatibilité de filiation, cotations). Trop nombreuses pour être listées sur le document papier, les diverses abréviations existantes pour les résultats de santé n’y sont quant à elles pas inscrites mais sont néanmoins détaillées sur notre portail (https://www.centrale-canine.fr/articles/lexique-des-abreviations-sante-health-abbreviations). Pour faciliter la lecture, des codes couleurs permettent par ailleurs d’identifier rapidement la catégorie à laquelle appartient chaque résultat affiché : ainsi les performances sont notées en rouge ou en bleu selon qu’il s’agit de résultats en exposition ou en concours de travail, les résultats de santé sont indiqués en vert et les cotations en violet. À tout moment, un propriétaire peut demander une réédition du pedigree (ou du certificat de naissance) de son animal pour y faire figurer les derniers résultats obtenus par son propre chien ou par les individus de sa généalogie.

La santé

Les abréviations de santé notées sur les pedigrees ou sur LOF Select traitent des dépistages cliniques et génétiques transmis à la SCC par les clubs de race. Les abréviations des résultats de dépistages cliniques indiquent si l’animal était indemne (0) ou atteint (1) lors de l’examen et l’année du dernier dépistage enregistré. Par exemple, PLL-0(2017) indique que le chien était indemne de PLL (pour Primary Lens Luxation, Luxation Primaire du Cristallin) en 2017, et PLL-1(2019) signale que le chien présentait des signes cliniques de l’affection en 2019. Pour certaines maladies, à l’instar de la dysplasie de la hanche, c’est le grade d’atteinte qui est enregistré. Ainsi, cinq résultats sont possibles selon le grade attribué à la moins bonne des deux hanches en lecture officielle de Dysplasie de la Hanche (HD pour Hip Dysplasia) : HD-A, HD-B, HD-C, HD-D et HD-E. De même, cinq résultats sont possibles selon le grade attribué au moins bon des deux coudes en lecture officielle de Dysplasie du Coude (ED pour ElbowDysplasia) : ED-0, ED-SL (Stade Limite, entre ED-0 et ED-1), ED-1, ED-2 et ED-3. Les résultats des tests génétiques indiquent quant à eux si l’animal est homozygote non muté (1.1), hétérozygote (1.2) ou homozygote muté (2.2) pour la mutation testée. Par exemple, les résultats possibles pour un test génétique de dépistage de Luxation Primaire du Cristallin sont : PLL-1.1, PLL-1.2 et PLL-2.2.

L’ADN

Depuis 2013, la SCC enregistre les résultats des empreintes génétiques des chiens. L’identification génétique, réalisée à partir du génotypage d’une vingtaine de marqueurs microsatellites selon la norme ISAG 2009, permet d’attester de la compatibilité de filiation d’un chien avec ses parents. La vérification de parenté effectuée génétiquement permet ainsi la certification des filiations déclarées au Livre des Origines. Le terme DNA sur un pedigree signifie que l’animal a été identifié génétiquement et DNAComp précise que l’animal est génétiquement compatible avec les deux parents déclarés. Les abréviations DNAComp-M et DNAComp-P indiquent que la parenté du chien a été attestée respectivement avec sa mère ou avec son père uniquement (filiation monoparentale).

Les cotations

Aucun dépistage n’étant obligatoire, un système de cotation des reproducteurs permet d’inciter les propriétaires au dépistage de leurs chiens. Les grilles de sélection établies par les clubs de race permettent en effet de valoriser les chiens ayant à la fois été dépistés pour les maladies héréditaires prépondérantes de la race, et reçu des résultats de performance. Une fois les résultats requis pour la race de son chien obtenus, le propriétaire peut effectuer la demande de cotation directement à son club de race (cotation 2, 3 ou 4). La cotation est alors enregistrée par la SCC et affichée au même titre que les autres résultats sur le pedigree ou sur LOF Select. On notera que la cotation 1 correspond à la seule confirmation du chien et que les cotations 5 et 6 ne sont pas obtenues grâce aux résultats de l’individu, mais grâce à ceux de ses descendants, et cela seulement si la compatibilité de filiation a été établie. 

 

Exemple de lecture d’un Pedigree, avec Everest de la Lisière Solognote

L’image suivante présente la première page du pedigree officiel d’un chien, Everest de la Lisière Solognote, édité par la Société Centrale Canine en juin 2016 :

Première page du pedigree d’Everest de la Lisière Solognote en date du 15 juin 2016.

Sous le nom de l’individu (en bleu, signalant un champion de travail), on peut lire qu’il s’agit d’un chien de race Teckel à Poil Dur de couleur Fauve Charbonné Marqué de Fauve (Fau. Cha. Mar. Fau.), variété Standard. La date d’inscription au LOF, moins de deux mois après sa naissance, correspond typiquement à une inscription au titre de la descendance : Everest a été inscrit rapidement suite à la déclaration de naissance effectuée par l’éleveur puis a passé l’examen de confirmation avec succès pour obtenir son pedigree définitif.

Au 15 juin 2016, plusieurs résultats étaient enregistrés pour ce Teckel, dont un résultat de santé PRA-0(11) en vert signifiant qu’Everest était cliniquement indemne d’Atrophie Progressive de la Rétine en 2011, ainsi que deux résultats de conformité au standard et cinq résultats de travail (notamment un TAN, Test d’Aptitude Naturelle). À la date d’émission du document, Everest avait par ailleurs obtenu la cotation 4 selon la grille de sélection établie par le club. Sur cette même page, il est également possible d’identifier les informations relatives aux collatéraux du sujet : Eclipse, Eole, Epice et Eden, les quatre sœurs d’Everest, elles aussi ayant reçu plusieurs résultats au 15 juin 2016. Rappelons que pour la lecture des abréviations (hormis celles sur la santé), on pourra se référer à la quatrième de couverture du document.

 

La double page intérieure du document suivant présente la généalogie d’Everest jusqu’à sa cinquième génération d’ascendants ainsi qu’une partie conséquente des informations disponibles sur ses parents, ses grands-parents et leurs collatéraux. Il est possible d’identifier ici les ancêtres communs mentionnés sur la première page (Suddebok Portos et Idylle), intervenant par ailleurs dans le calcul du coefficient de consanguinité d’Everest (3 %).

Généalogie visible sur le pedigree d’Everest de la Lisière Solognote en date du 15 juin 2016.

Actualisation des informations

L’image ci-dessous présente la première page actualisée du pedigree d’Everest s’il était réédité en mai 2020. Ainsi, on y apprend que la filiation du sujet avec son père a été vérifiée génétiquement (DNAComp-P) et que l’examen oculaire, réalisé en 2011 sur Everest, n’a pas mis en évidence de signes de Cataracte. La mise à jour du pedigree concerne également les apparentés d’Everest, avec par exemple une évolution de la cotation d’Eclipse vers la cotation 6. La lecture de la double page intérieure nous apprendrait par ailleurs que la mère d’Everest n’a pas été identifiée génétiquement (la mention « ADN » n’est pas présente), expliquant pourquoi la filiation n’a pas été attestée avec les deux parents.

Informations actualisées de la première page du pedigree d’Everest de la Lisière Solognote en date du 4 mai 2020.

Actualisation des informations

Depuis la création de l’outil d’aide à l’élevage LOF Select, il est désormais possible de retrouver en ligne les informations enregistrées dans la base LOF (et actualisées en temps réel). Retrouvez ainsi l’ensemble des informations inscrites sur les documents généalogiques papier, comme par exemple celles d’ Everest de la Lisière Solognote (https://www.centrale-canine.fr/lofselect/chien/everest-de-la-lisiere-solognote-4806495). 

Ouvert à tous, cet outil donne la possibilité en quelques clics de retrouver par exemple les collatéraux d’un individu, l’ensemble de ses descendants, ou même de créer des alliances virtuelles afin de mieux prévoir les accouplements.

Page d’accueil de l’outil d’aide à l’élevage LOF Select : https://www.centrale-canine.fr/lofselect

Double-saillie : côté pratique

Double-saillie : côté pratique

La double-saillie est un énorme pas en avant pour l’élevage canin, comme cela est démontré dans notre dossier « De l’utilité des doubles-saillies ». Nous vous présentons dans cet article les éléments clés pour la déclaration d’une double-saillie auprès de la Centrale Canine. 

Déclarer une double-saillie

– Comment faire sa déclaration de double-saillie ?

C’est un point important à savoir concernant la procédure d’une déclaration de double-saillie : celle-ci ne peut se faire qu’en ligne dans l’espace éleveur de votre compte LOF CONNECT.

Bien que de moins en moins utilisée (+/-10%) la déclaration papier reste possible pour une déclaration de saillie normale.

 

– Quelles sont les conditions à la déclaration d’une double-saillie ?

  • Les 3 géniteurs (lice + 2 étalons utilisés) doivent impérativement être confirmés préalablement à la déclaration, le système ne permet pas de valider la DS avec des reproducteurs non confirmés ou en cours d’enregistrement.
  • Les 3 géniteurs doivent être identifiés ADN et les empreintes être préalablement enregistrées à la Centrale Canine. Ce n’est qu’à cette condition que les compatibilités de filiation pourront être lancées avant l’inscription des chiots. Cette étape est une étape essentielle du processus qui permet de rattacher chaque chiot à son père, en fonction de la compatibilité établie.

– Comment cela se passe-t-il après pour la déclaration de portée ?

L’inscription des chiots issus d’une saillie simple comporte 3 étapes. Déclaration de saillie, déclaration de naissance, demande d’inscription au Livre.

La procédure « double saillie » comporte une étape intermédiaire avant l’inscription définitive puisqu’il faut déterminer quel reproducteur est le père de chaque chiot à inscrire.
Une fois les chiots prêts à être inscrits, la procédure d’inscription est identique et vous déclarez pour chacun des chiots les éléments habituels (nom, numéro d’identification, informations complémentaires éventuelles pour les exports). Une fois cette déclaration faite, les dossiers sont habituellement clôturés, et vous recevez les certificats de naissance.
Dans le cas d’une double saillie, le dossier n’est pas clos, l’inscription est provisoire et en attente des contrôles de filiation. Dans vos dossiers en cours, votre dossier de portée apparait dans vos dossiers en cours avec le statut « Déclaration d’inscription en attente de contrôle ADN ».

Il faut alors procéder à l’identification ADN de chaque chiot, puis, dans un 2ème temps, faire la recherche en filiation. Ce n’est qu’une fois l’ensemble des chiots testés et donc génétiquement attribués à l’un ou à l’autre reproducteur que l’inscription définitive peut être finalisée.

Attention : cette procédure d’inscription est plus longue et plus complexe que la procédure habituelle. Nous vous invitons à vous rapprocher du service LOF pour faciliter vos démarches, au 01 49 37 55 90

Toute la procédure de déclaration en ligne de la double-saillie est détaillée dans un guide se trouvant sur le site de la Centrale Canine. Nous vous invitons à cliquer sur le lien suivant pour y accéder : lien du guide pratique

 

De l’utilité des double-saillies

De l’utilité des double-saillies

Depuis cette année, les éleveurs ont la possibilité d’utiliser deux mâles pour féconder une chienne permettant ainsi l’éventuelle naissance de chiots génétiquement très différents.

On entend ici par double-saillie l’utilisation consécutive de deux mâles (et non la répétition d’une saillie avec le même étalon).  Cette mesure a été rendue possible depuis peu grâce à la technique d’identification génétique permettant d’attribuer après coup les chiots à leurs géniteurs respectifs. Elle a été  proposée par la commission d’Elevage de la SCC, à la demande de nombreux éleveurs sélectionneurs, pour favoriser la diversité génétique (si importante dans la préservation des races à faible effectif) et améliorer la longévité des races. De plus, elle va dans le sens du bien-être animal en permettant de diminuer le nombre de portées pour une même chienne comme on le verra plus tard.  Néanmoins cette mesure a été mal perçue par certains défenseurs de la cause animale qui l’ont assimilée, à tort, à une surexploitation des chiennes. 

Tout d’abord il est utile de rappeler que l’observation des populations de chiens sauvages montre que les femelles fécondes sont saillies par de nombreux mâles et ce plusieurs fois par jour. La monogamie n’est pas une caractéristique de l’espèce canine. Autre point important, la prolificité ne dépend pas du nombre de saillies (sauf si le mâle est défaillant) mais de la quantité d’ovules produits par la femelle. En clair, avec une seule saillie au bon moment on peut avoir une portée optimale et la double-saillie ne risque jamais d’engendrer une portée hors-norme par le nombre de chiots puisque la taille de celle-ci dépend uniquement du nombre d’ovules produits. C’est donc une caractéristique maternelle.

Ceci étant dit, pourquoi les éleveurs sélectionneurs étaient-ils demandeurs de cette mesure (adoptée depuis longtemps par des pays scandinaves très exigeants en termes de protection animale) ? Les raisons sont multiples.

La première, et la plus importante selon moi, est l’amélioration de la longévité des races par l’utilisation de mâles âgés souvent hypofertiles et qui étaient jusque-là écartés de la reproduction. Aucun éleveur ne veut prendre le risque d’utiliser un étalon quand on sait que sa semence s’est détériorée avec l’âge et qu’elle risque de laisser la chienne vide. Le choix se porte toujours vers des mâles plus jeunes avec le risque inhérent de transmettre des maladies génétiques que l’on n’a pas encore dépistées et qui apparaitront plus tardivement.  L’étalon âgé et en bonne santé représente un atout majeur génétique et il est absurde de s’en passer. Tout doit être mis en œuvre pour faciliter son utilisation. Il est clair que l’on parle ici uniquement des mâles. Pour les femelles, le discours est différent. La fatigue physiologique provoquée par la gestation et la lactation conduit à recommander pour la reproduction uniquement l’utilisation de jeunes chiennes. La sélection sur la longévité peut donc surtout s’opérer sur les mâles. Quoi de plus naturel dès lors de donner une chance à un étalon âgé mais de minimiser le risque en doublant la saillie avec un plus jeune. Ainsi, avec un peu de chance, quelques chiots bénéficieront de ce patrimoine génétique intéressant pour la race alors qu’auparavant, il était perdu à tout jamais. Certains chiens peu sollicités dans leur jeunesse ne seront même utilisés qu’à partir d’un certain âge juste sur ce critère de longévité.  Avec l’assurance d’avoir tout de même une portée, l’éleveur sera plus enclin à prendre le risque d’utiliser cet étalon âgé. Les femelles, surtout dans certaines races, ont une période de reproduction très courte, parfois guère plus de deux ou trois ans, et ne font que deux portées dans leur vie. On comprend alors aisément dans ce contexte​ que l’éleveur veuille minimiser les risques de « non gestation » et cela est bien légitime. 

Un autre cas de figure pas si rare en élevage peut bénéficier de cette mesure. L’éleveur choisit un étalon, effectue la première saillie un peu tôt (le jour de l’ovulation), celle- ci se déroule normalement mais au moment de la répéter deux jours après, le chien est souffrant ou sa semence est  devenue suspecte avec du sang d’origine prostatique (et peut-être des bactéries). La prudence impose de ne pas inséminer avec une telle semence. L’éleveur peut alors se tourner vers un autre mâle plutôt que de faire prendre des risques inutiles à la chienne. L’avenir lui dira si la première saillie a marché ou pas.

Les sélectionneurs ne veulent pas forcément de grandes quantités de chiots mais veulent parfois essayer différentes combinaisons génétiques sur une chienne donnée. Avec la double-saillie, un éleveur a, en une portée, l’éventail de combinaisons souhaité et peut épargner à la lice une portée supplémentaire. Ainsi, à l’occasion d’un déplacement à l’étranger, s’il trouve sur place deux étalons intéressants, il peut rapporter ces deux génétiques en une fois, améliorant de la sorte la diversité dans notre cheptel.

De même, la cotation en élite, élément important de la sélection, impose à la femelle d’avoir des chiots de deux étalons différents. Dorénavant, cela peut se faire en une seule portée, augmentant ainsi le nombre d’élites et diminuant peut-être aussi le nombre de portées faites pour de mauvaises raisons.

Enfin, n’oublions pas d’évoquer la cause la plus fréquente de double-saillie dont aucun éleveur, même le plus sérieux, ne peut se prémunir : l’accident. Combien de chiennes déjà fécondées par un étalon mûrement choisi se sont fait prendre le lendemain par l’étalon de l’élevage au grand désespoir de l’éleveur ? Auparavant ce genre d’incident étaient souvent passé sous silence avec le risque avéré de créer de faux pedigrees car rares sont ceux qui optaient pour l’avortement. Dorénavant, la double-saillie permet d’éviter cet écueil et d’être transparent (et honnête) quant à la généalogie des chiots.

 

Ainsi contrairement à ce que les moins informés sur le sujet peuvent penser, la double- saillie ne permet pas d’engendrer des portées anormalement grandes car on a vu que la prolificité est une caractéristique maternelle. Elle permet au contraire d’améliorer la longévité et la diversité génétique, qui sont des préoccupations dans de nombreuses races. Enfin elle permet un meilleur respect du bien-être animal. Ainsi expliquée, cette mesure ne devrait plus avoir de détracteurs. 

Par le docteur Frédéric Maison

L’inscription au Livre des Origines

L’inscription au Livre des Origines

Obtenir le pedigree de votre chien passe par l’examen de confirmation. Dans la majorité des cas, cette inscription définitive au Livre se fait au titre de la descendance, pour tous les sujets issus de parents eux même LOF et confirmés.
Le même examen de confirmation est nécessaire pour tout chien importé, régulièrement inscrit à un Livre d’Origine étranger reconnu par la FCI, il s’agit de la confirmation au titre de l’importation. 

Des exceptions ?

Une procédure, identique aux précédentes, permet à un sujet d’origines inconnues ou d’origines non déclarées, d’être inscrit au Livre à titre initial. Si malgré l’absence de généalogie, le sujet examiné est considéré conforme au standard de la race par l’expert confirmateur, il peut prétendre à entrer au Livre des Origines, sous réserves d’éléments complémentaires au niveau santé et comportemental.

CONDITIONS D’INSCRIPTION A TITRE INITIAL :

1 – Morphologie : avoir obtenu au minimum un qualificatif Très Bon en exposition nationale (CACS) ou être estimé du niveau Très Bon par un expert confirmateur.

2 – Santé : Être indemne ou d’un niveau acceptable pour la maladie la plus recherchée dans la race

3 – Comportement : Avoir passé avec succès le Test d’Aptitudes Naturelles, le Test de Caractère ou obtenu le Certificat de Sociabilité et d’Aptitude à l’Utilisation, dans les conditions définies par le club de race

(les éléments de santé et de comportement sont fixés par les clubs de race)

Cette demande d’inscription est ensuite soumise à la validation du Club de Race (cf formulaire). Une fois l’avis favorable obtenu, le dossier complet peut être adressé à la SCC pour enregistrement. Le sujet est alors inscrit en 1ère génération (aucune ascendance sur le pedigree), et peut être utilisé en tant que reproducteur.

Exemple d'inscription à Titre Initial

Des restrictions ?

L’inscription à titre initial dépend cependant d’une dernière condition : que le club de la race accepte ce type d’inscription au livre généalogique de sa race. On dit alors que le Livre des Origines est ouvert (les inscriptions à titre initial sont acceptées) ou fermé (elles ne sont pas acceptées).

Voici la liste, au mois de septembre 2020, des livres fermés, qui n’acceptent donc plus d’inscription à titre initial :

Lorsque le livre généalogique d’une race est fermé aux inscriptions à titre initial, un chien présentant les caractéristiques du standard de cette race peut toutefois être inscrit provisoirement au LOF, mais au registre appelé le « livre d’attente ». Cette procédure est exceptionnelle et longue, et si elle donne le droit au sujet d’être utilisé en reproduction, ses descendants de 2e et 3e générations seront eux même enregistrés (s’ils répondent à toutes les conditions) provisoirement, et seuls les chiens issus de la 4ème génération d’ascendants ayant satisfait à l’ensemble des conditions au cours de 3 générations pourront être inscrits au Livre des Origines.

Exemple d'inscription au Livre d'Attente

DOCUMENTS UTILES

Formulaire de confirmation au titre de la descendance (lien)

Formulaire de confirmation au titre de l’importation (lien)

Formulaire de demande d’inscription au Livre à Titre Initial (lien)

Formulaire de demande d’enregistrement au Livre d’attente (lien)

 

CONTACT 

Pôle Généalogie – Service confirmation : 01 49 37 54 48

Boutique de la Centrale Canine : guide d’utilisation

Boutique de la Centrale Canine : guide d’utilisation

La boutique de la Centrale Canine est désormais en OUVERTE ! Outre les produits (livres et accessoires) mis à disposition, ce nouvel espace de vente permet surtout d’effectuer en ligne certaines transactions administratives liées au chien. Ainsi il vous est désormais possible d’y acheter des duplicatas de documents officiels, demander des diplômes ou commander des attestations de Travail ! 

Nous vous proposons une visite guidée afin de vous aider à l’utiliser au mieux.

La boutique se trouve sur l’espace LOF Connect. Vous pourrez la consulter, que vous soyez connectés ou non, toutefois une connexion est nécessaire pour effectuer un achat.

Une fois sur l’accueil de LOF Connect (que vous soyez connecté en tant qu’éleveur ou non), l’accès à la boutique se fait via le bouton éponyme dans la barre de menu. Cliquez dessus pour aller à l’accueil de la boutique.

Vous voici sur le menu principal de la boutique, proposant plusieurs catégories d’articles disponibles à l’achat. 

La grande nouveauté, comme nous l’avons expliqué plus tôt, c’est la rubrique « Services liés au chien » pour payer en ligne certains documents dont vous auriez besoin pour votre animal !

En cliquant sur l’icone de la rubrique « Services liés au chien » , vous accédez à un second menu. Ainsi, comme le montre l’image ci-dessous, il vous sera possible, directement en ligne, de rééditer des documents généalogiques, de commander des diplômes, ainsi que des attestations de Travail.

Menu de la boutique Services liés au chien

Dans ce menu, avant toute chose, pour obtenir un document il vous faudra dans un premier temps entrer le numéro d’identification du chien concerné.

Cette étape est indispensable car le formulaire en ligne que vous aurez à remplir s’adapte en fonction du chien, de ses documents disponibles et de vos besoins. De nouvelles questions vous seront posées au fur et à mesure que vous y répondrez jusqu’à ce que le formulaire soit complété, comme ci-dessous par exemple pour une demande de réédition. 

Attention, notez encore une fois que le formulaire est différent pour chaque chien et pour vos besoins, il peut donc ne pas être identique à cet exemple.

Une fois votre demande remplie, cochez la case tout en bas et cliquez sur « valider la commande ».

Votre demande est alors est envoyée dans votre panier, qui regroupe tous les articles que vous souhaitez acheter en ligne. Si vous n’aviez besoin de rien d’autre, vous pouvez cliquer sur « Valider/Procéder au paiement » (flèche rouge). Mais si vous souhaitez ajouter d’autres articles à votre panier pour tout payer ensuite, cliquez sur « Retour boutique » (flèche bleue).

N’hésitez pas à explorer les différentes rubriques de la boutique, comme par exemple notre librairie. Peut-être seriez-vous intéressés par un des nombreux ouvrages sur le chien et l’élevage canin que nous proposons à la vente ! Ci-dessous, un aperçu de ce catalogue d’ouvrages, qui s’enrichira avec le temps de nouveaux produits.

Pour ajouter un ouvrage à votre panier, il vous suffit de cliquer sur celui qui vous intéresse. Sa présentation s’ouvre alors, avec la possibilité de choisir le nombre d’exemplaires voulu et de les ajouter au panier, comme vous pouvez le voir ci-dessous. Sachez que si vous modifiez la quantité que vous souhaitez ajouter à votre panier le prix « total » en bas changera automatiquement pour vous indiquer à combien cela vous reviendra.

Pour le bien de ce guide, imaginons que vous souhaitez acheter cet ouvrage et que vous l’ajoutez à votre panier. Celui-ci contient désormais plusieurs articles (voir exemple ci-dessous).

Sur le côté gauche de chaque article se trouve un bouton « supprimer », pour retirer l’article de votre panier dans le cas où vous changez d’avis. Vous pouvez également cliquer sur « détail » (avec la petite loupe) pour consulter un article et modifier votre commande le concernant.

Enfin, à droite de chaque article se trouve un bouton « régler plus tard » qui met l’article à part et vous permet de ne payer que certains articles que vous laissez dans votre panier. Si vous revenez plus tard à cette page, les articles que vous avez désigné à « régler plus tard » se trouveront à nouveau dedans, vous permettant d’acheter ce que vous voulez quand vous le voulez.

 

Une fois que le contenu de votre panier vous convient, cliquez sur « valider/procéder au paiement » pour régler vos achats et finaliser votre commande.

De nombreux moyens de paiement sont disponibles sur la boutique pour effectuer vos achats en ligne en toute sécurité, y compris le règlement par PayPal. Cliquez sur le moyen de paiement de votre choix pour être redirigé vers votre application bancaire ou votre compte PayPal. Et voilà ! Votre commande est passée !

Pour suivre l’état de votre commande et savoir quand vous recevrez vos articles, il vous faut consulter votre compte en cliquant sur « mon compte » en haut à droite de la page.

Le menu suivant s’affiche. C’est dans la catégorie « Mes commandes » qu’il vous faut accéder pour visualiser vos achats.

Une fois que vous avez cliqué sur l’icone, vous accédez au récapitulatif de vos commandes. Vous pourrez y trouver, comme avant, vos commandes ADN en cours, mais désormais vous pouvez aussi y voir vos commandes de la boutique !

Notez qu’il est possible que la commande soit en plusieurs colis comme dans l’exemple ci-dessous.

Il ne vous reste plus qu’à attendre l’arrivée de votre commande, sous quelques jours, à l’adresse que vous avez indiqué ! 

Journée de la Recherche et Colloque Epidemio 2020

Journée de la Recherche et Colloque Epidemio 2020

En Octobre, deux journées événements organisées par la Société Centrale Canine pour l’amélioration de la santé de nos chiens

Logo Centrale Canine

Le 1er Octobre prochain, la Société Centrale Canine rassemblera avec le soutien d’Agria Assurances pour Animaux, chercheurs, vétérinaires et acteurs majeurs du monde cynophile lors de la 2ème Journée de la Recherche Canine. Les neuf chercheurs conviés ainsi que les vétérinaires lauréats des Prix de Thèse SCC Agria 2019, présenteront leurs travaux sur le chien. Le public présent lors de cette deuxième journée de la Recherche Canine pourra ainsi découvrir un large panel de projets de recherche parmi les quinze financés par le Fonds de Recherche SCC Agria en 2019 et en 2020.

Entre autres interventions, le Dr Hanna Mila (NeoCare, ENVT) présentera les résultats préliminaires du projet sur la détection précoce des septicémies néonatales canines, tandis que le Dr Benoît Hédan (CNRS, Rennes) exposera l’avancement du projet de recherche visant à la compréhension des facteurs génétiques impliqués dans la longévité de l’espèce canine. Par ailleurs, le Dr Barbara Ferry (CNRS, Lyon) viendra parler de ses travaux en neuroscience sur les phénomènes de compensation olfactive chez le chien sourd et sur la mise en place d’une interface tactile pour le dressage d’orientation, et le Dr Christophe Blanchard (Université Paris 13) présentera ses résultats préliminaires dans le domaine de la médiation canine et de l’accompagnement des militaires victimes du syndrome de stress post-traumatique.

 

Logo Centrale Canine

Cette première journée dédiée à la recherche canine sera suivie le 21 Octobre d’un colloque événement coorganisée avec l’Académie Vétérinaire de France et nos amis du Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) dans les locaux de l’OIE (Organisation Mondiale de la Santé Animale) : plusieurs chercheurs interviendront lors de ce colloque pour sensibiliser le monde vétérinaire et les acteurs des filières d’élevage des carnivores domestiques sur la nécessité de la mise en place d’un réseau de veille sanitaire des maladies contagieuses du chien et du chat en France.

Les années 2019 et 2020 ont en effet été à l’origine d’un constat alarmant sur la filière animaux de compagnie : hormis pour la rage, il n’existe actuellement aucun moyen officiel de surveiller les maladies contagieuses du chien et du chat en France. Ainsi, aucune entité n’était en mesure de prévoir en France les conséquences de l’épidémie de diarrhée survenue chez près de 200 chiens en Norvège en fin d’année 2019. De plus, la crise sanitaire que nous connaissons a jeté un voile de suspicion sur nos chiens et nos chats et nombre d’entre eux ont été soumis à des comportements dangereux devant la crainte de la propagation du SARS-Cov-2.

Il est donc apparu urgent à la Société Centrale Canine et au Livre Officiel des Origines Félines que la question de la création d’un réseau sentinelle dédié au chien et au chat en France soit posée afin de :

  • soutenir les efforts en faveur du bien-être animal en sauvant des vies de chiens et de chats,
  • prévenir les risques économiques sur la filière en protégeant les élevages contre les épidémies,
  • garantir la santé publique et protéger nos animaux de compagnie en surveillant l’émergence potentielle de maladies animales transmissibles à l’homme.

En rassemblant les différents acteurs de la santé animale en France, l’Académie Vétérinaire de France, le LOOF et la Société Centrale Canine souhaitent donc amorcer la création d’un tel réseau en France et en Europe.

Où venir rencontrer la Centrale Canine en 2020 ?

Où venir rencontrer la Centrale Canine en 2020 ?

Le confinement est terminé en France depuis quelques mois et les activités canines reprennent peu à peu, mais le calendrier des manifestations s’en est retrouvé fortement modifié.

Afin de vous aider à mieux organiser vos déplacements, voici une liste des expositions où se trouvera un stand de la Société Centrale Canine, où vous pourrez venir faire des prélèvements ADN pour vos chiens et poser vos éventuelles questions :

 

  • 29 et 30 août à Compiègne
  • 06 septembre à Dijon
  • 12 septembre à Bordeaux
  • 26 septembre à Martigues
  • 24 octobre à Poitiers
  • 31 octobre à Saint Etienne
  • 7 et 8 novembre à Metz
  • 23 novembre à Douai
  • 27, 28 et 29 au Championnat de France à Montluçon
  • 12 et 13 décembre à Nantes

L’offre Génomique de la Centrale Canine : qu’est-ce que c’est ?

L’offre Génomique de la Centrale Canine : qu’est-ce que c’est ?

Nouvelle technique d’analyse génétique proposée par la Centrale Canine depuis 2019, les tests génomiques permettent d’obtenir, en une seule fois, un maximum de données sur le code génétique de votre chien : couleur de robe, traits morphologiques, mais également les maladies héréditaires pertinentes pour sa race. Alors qu’il était auparavant nécessaire de faire un prélèvement par maladie à dépister, désormais tout se fait en un prélèvement unique.

La liste des tests qui sont effectués pour chaque chien dépend de la race de celui-ci : c’est ce qu’on appelle le pack génomique. La Société Centrale Canine et sa Commission Scientifique se sont en effet associées avec les clubs de race pour déterminer les dépistages à effectuer en fonction des maladies à surveiller pour chaque race de chien.

Cette formule « tout-en-un », plus rapide et plus économique que les prélèvement ADN classiques, est une avancée majeure en matière de santé et d’élevage, car une fois ce test génomique effectué pour votre chien, vous serez fixé sur le patrimoine génétique de votre reproducteur pour tous les traits connus à l’heure actuelle !

 

Pour en savoir plus sur comment passer une commande génomique, rendez-vous ici : https://www.centrale-canine.fr/actualites/loffre-genomique-de-la-centrale-canine

 

Nous vous proposerons début septembre un webinaire (conférence en ligne) en partenariat avec Royal Canin et avec l’intervention du Dr Lucie Chevallier pour vous aider à comprendre et interpréter les résultats génomiques en se focalisant sur les tests de couleurs de robe. Invitation à venir par mail.

Boutique SCC

Boutique SCC

Depuis l’ouverture de son site internet, la Centrale Canine ne cesse de proposer de nouveaux services à ses utilisateurs : LOF Connect, Génodog, Photothèque… C’est donc dans la continuité de cette volonté d’innovation qu’en septembre ouvrira la boutique de la Centrale Canine !

 

Qu’est-ce qu’on y trouve ?

La boutique de la SCC proposera dans un premier temps un large choix d’ouvrages sur le chien et l’élevage canin, tel que le livre Les Couleurs de robes chez le chien, du professeur Denis, ou encore le Dictionnaire encyclopédique des termes canins, du professeur Triquet. Seront disponibles également des articles divers, comme des lecteurs de puce, des carnets et des protège carnet. Enfin la boutique permettra la réédition de certains documents : certificats de naissance, pedigree, attestations etc. Ainsi, la plupart des transactions aura lieu au même endroit.

 

Comment y accéder ?

Si la boutique est accessible à tous pour consultation, il faudra pour y accéder disposer d’un compte LOF Connect et s’y connecter. L’offre de la boutique sera alors différente en fonction du profil de chacun, afin de proposer des articles adaptés aux besoins de tous.

Le lien vers la boutique se trouvera dans la barre de menu du haut, et de là seront accessibles les différentes catégories de produits. Par la suite, lorsque vous aurez effectué une transaction, vous pourrez suivre cette dernière en cliquant sur « mon compte ». Ainsi vous saurez si votre commande a été traitée et si elle est en cours d’acheminement.

 

Rendez-vous à la rentrée pour découvrir ce nouveau service et ses fonctionnalités !

Lancement de l’expérimentation de la télémédecine vétérinaire en France

Lancement de l’expérimentation de la télémédecine vétérinaire en France

Depuis le 7 mai 2020, la pratique de la télémédecine vétérinaire est autorisée en France par le Décret n°2020-526 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041849984&dateTexte=20200602

Il s’agit en réalité d’une expérimentation qui durera un peu plus d’an. Au terme de cette expérimentation, il sera demandé à la communauté vétérinaire de se prononcer afin de conclure au maintien ou non de cette nouvelle méthode d’exercice de la médecine des animaux en France. Alors en quoi cela consiste-t-il ? Et comment la télémédecine pourrait-elle modifier notre façon de soigner nos chiens ?

D’ores et déjà autorisée dans plusieurs pays dont le Canada, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, d’autres pays comme le Royaume-Uni, l’Espagne ou l’Italie ont pris des mesures transitoires en faveur de la télémédecine durant la période de confinement.

Selon la définition donnée par l’OMS, la télémédecine est une activité professionnelle permettant la réalisation d’actes médicaux à distance, et donc la pratique médicale. Un sondage IMAGO réalisé début avril indiquait que 46 % des vétérinaires français interrogés étaient favorables à l’ouverture de la téléconsultation, à l’instar de ce qui est fait en médecine humaine. Cinq domaines de télémédecine vétérinaire ont été proposés par l’Académie Vétérinaire de France, ceux-ci ont été repris dans le texte du décret paru au Journal Officiel du 6 mai 2020 :

– La téléconsultation autorise désormais le vétérinaire à consulter à distance, en temps réel, grâce aux outils de télécommunication audios et visuels. Néanmoins, ces téléconsultations ne peuvent avoir lieu que si l’animal a été vu physiquement au cours des 12 derniers mois dans la clinique où exerce le vétérinaire consulté à distance.

– La téléexpertise permet au praticien vétérinaire de solliciter l’avis d’un confrère, à distance, en temps réel ou non.

– La télésurveillance médicale permet au vétérinaire d’interpréter à distance les données de suivi transmises par le propriétaire ou par un objet connecté, les fabricants de ces objets devenant les garants de la fiabilité des informations transmises.

– La téléassistance permet au praticien d’être aidé par un confrère, à distance, pour la réalisation d’un acte médical.

– La régulation médicale, enfin, permet que le propriétaire de l’animal soit orienté par le vétérinaire, de manière à lui assurer de la conduite à tenir en situation d’urgence.

En aucun cas ces actes ne doivent compromettre la santé de l’animal, c’est notamment pourquoi les échanges avec le propriétaire dans le contexte de la téléconsultation ne sont autorisés que par l’intermédiaire de vidéos.

Il demeure bien sûr impossible pour le vétérinaire d’effectuer nombre d’actes médicaux, et en particulier, la prescription de certains médicaments comme les antibiotiques n’est pas possible en télémédecine (cette prescription devant nécessairement faire suite à l’analyse d’un prélèvement).

Il est à noter que les actes effectués en télémédecine seront soumis à honoraires. Afin de savoir si la mutuelle de votre animal prendra en charge les frais vétérinaires de télémédecine, il s’agira bien sûr de vous renseigner auprès de votre assureur. Cependant les consultations en télémédecine, autant qu’en présentiel, pourront faire l’objet de remboursements.

 

Reflet d’une évolution sociétale, l’ouverture de la profession vétérinaire à la télémédecine présente plusieurs avantages, et en particulier de garantir une meilleure qualité de suivi de l’animal. Outre le renforcement de la relation entre le vétérinaire et le propriétaire de l’animal, la possibilité pour le praticien d’observer l’animal dans son environnement constitue également un des atouts majeurs du lancement de l’expérimentation de la télémédecine vétérinaire en France. Certaines craintes ont néanmoins été formulées par les vétérinaires interrogés, notamment la crainte de ne plus être en mesure d’exercer correctement ou le fait d’être confronté à des difficultés techniques liées aux nouvelles technologies. C’est pourquoi, au terme de ces quelques mois d’expérimentation, les vétérinaires référents ayant testé cette nouvelle façon d’exercer, complémentaire de leur exercice habituel de la médecine, se prononceront auprès de l’Ordre des Vétérinaires afin de conclure sur le maintien ou non de la télémédecine en France.

Par le docteur Ambre Jaraud-Courtin.