Les agents de sécurité pendant le confinement

Les agents de sécurité pendant le confinement

Frédéric Boutin est responsable des relations entre la CUN-CBG et les différentes administrations. Il fait le point sur la sécurité privée face au confinement.

Le métier d’agent de sécurité privée est bel et bien… un métier. Il est réglementé et répond à des obligations de moralité et de formation définies par le Livre VI du Code de la sécurité intérieure. Son exercice est lié à l’obtention d’une carte professionnelle et soumis au respect de la réglementation et d’un code de déontologie.

« Alors que les mesures de protection les plus strictes doivent être prises face à l’épidémie de covid-19, les agents de sécurité privée sont, à l’instar de très nombreuses professions, confrontés au manque de moyens de protection.

 

Les organismes de formation sont fermés depuis le début du confinement, ce qui met l’ensemble de la profession en grande difficulté :

– Pas de nouveaux entrants,

– Aucun moyen de réaliser les formations de maintien des connaissances obligatoires imposés par la législation,

– Aucune possibilité de réaliser les entrainements obligatoires également pour les agents cynophiles.

 

Face à cette situation, l’Ordonnance N° 2020-306 du 25 mars 2020, prise en application de l’article 11 de la loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19, prévoit la prorogation de l’échéance des autorisations, permis et agréments, dont le terme intervient entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de fin de l’état d’urgence sanitaire.

Ainsi, tous les titres délivrés par le CNAPS (cartes professionnelles, agréments, autorisations préalables et provisoires, autorisations d’exercice…) qui arrivent à échéance pendant cette période bénéficient de plein droit d’une prorogation jusqu’à l’expiration d’un délai de deux mois suivant la fin de cette période.

Ces informations sont susceptibles d’être mises à jour ou complétées, nous vous invitons à consulter régulièrement le site internet du CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) régulateur de la sécurité privée sous tutelle du Ministère de l’intérieur : http://www.cnaps.interieur.gouv.fr/

À la fin du confinement, le travail va être colossal. Toutes les formations interrompues devront être reprises afin de réaliser les 175 heures de formation en présentiel obligatoires pour l’obtention de la carte professionnelle (aucune formation à distance n’est possible par la réglementation à ce jour),

Il va falloir refaire le point sur toutes les cartes expirées durant le confinement et permettre aux agents de réaliser les formations réglementaires. Le nombre de candidat par session étant de

 

12 personnes maximum, il semble réalisable de reprendre l’activité de formation en sécurité dans des conditions sanitaires cohérentes telles qu’elles seront définies par la réglementation »