Le confinement vu par nos voisins : Luxembourg, Pays-Bas et Royaume-Uni

Nous avons interrogé nos homologues étrangers sur les effets de la quarantaine actuelle sur leur activité.

Voici les questions et les réponses de la Fédération Cynologique Luxembourgeoise (Luxembourg), le Raad van Beheer (Pays-Bas) et le Kennel Club (Royaume-Uni).

1 – Est-ce que des mesures de confinement ont été imposées dans votre pays ?

LUXEMBOURG : Le confinement a commencé avec la fermeture des écoles le 16/03/2020. Vraisemblablement les écoles vont ouvrir le 04/05/2020. Rien n’est décidé actuellement (14/04/2020) sur le déconfinement.

PAYS-BAS : nous avons un confinement intelligent jusqu’au 28 avril au moins. Cela signifie que les gens doivent rester chez eux autant que possible, mais qu’ils sont toujours autorisés à sortir, par exemple pour se promener, faire des courses ou travailler. Les personnes (sans lien de parenté) doivent garder une distance d’au moins 1,5 mètre, à l’extérieur comme à l’intérieur. Dans le cas contraire, vous risquez une amende de 390 euros. Vous pouvez recevoir maximum 3 visiteurs.

Les musées, théâtres, bars, restaurants, etc. sont fermés au moins jusqu’au 28 avril. Tous les événements sont annulés jusqu’au 1er juin. Le gouvernement donnera une conférence de presse le 21 avril pour informer sur la période après le 28 avril.

ROYAUME-UNI : Depuis le 23 mars, tout le monde doit rester chez soi, sauf pour faire les courses de première nécessité, pour l’activité physique un fois par jour, pour des raisons médicales et pour se déplacer pour le travail, si nécessaire.

 

2 – Les dog shows et autres épreuves de sélection sont-ils annulés ?

LUXEMBOURG : La loi du 24 mars déclare l’état de crise pour la durée de trois mois et interdit l’organisation de tout évènement sur le territoire d Grand-Duché pour cette période de trois mois.

PAYS-BAS : Oui, toutes les expositions canines ont été annulées jusqu’au moins le 1er juin.

ROYAUME-UNI : Oui, toutes les expositions canines et les autres activités canines ont été annulées depuis le 17 mars. À l’heure actuelle, toutes les expositions jusqu’à la fin de juin ont été annulées, mais certains organisateurs ont choisi d’annuler les expositions jusqu’en septembre.

 

3 – Une dérogation aux mesures de confinement est-elle prévue pour certaines activités économiques ? Si oui, l’élevage en fait-il partie ?

LUXEMBOURG : La FCL dépend du Ministère de l’Agriculture dans ses activités et de ce fait tout ce qui est permis à l’agriculture devrait être permis aux éleveurs de chiens, sous condition bien évidemment de respecter les règles de fonctionnement fixées.

PAYS – BAS : voir la réponse sous 1. Les Pays-Bas ne sont pas en quarantaine totale.

ROYAUME-UNI : Jusqu’à présent, les éleveurs de chiens ont été soumis aux mêmes restrictions de mouvement que le reste de la population. Toutefois, pour les éleveurs professionnels, la réglementation leur permet de quitter la maison pour des raisons professionnelles, à condition de respecter les exigences en matière d’hygiène et de distanciation sociale.

Si le fait de garder des chiots plus longtemps qu’initialement prévu devient une préoccupation importante pour leur bien-être chez les éleveurs non professionnels, il est possible que cela soit considéré comme une excuse raisonnable pour quitter son domicile, conformément aux règles Covid-19 [veuillez noter que celles-ci diffèrent d’un pays à l’autre au Royaume-Uni]. De même, d’autres facteurs tels que les difficultés financières ou les problèmes de santé mentale liés à la garde prolongée des chiots peuvent également constituer des raisons valables pour quitter sa maison afin de transporter les chiots. Si vous transportez des chiots vers leur nouveau domicile, veuillez suivre les conseils donnés sur le site https://www.thekennelclub.org.uk/health/for-owners/coronavirus/advice-for-animal-related-businesses-and-local-authorities-during-covid-19/. Le recours à un transporteur commercial agréé pour les chiens peut également être envisagé.

 

4 – Concrètement, est-ce que les éleveurs ont le droit d’aller livrer les chiots chez les particuliers ?

LUXEMBOURG : Les règles du confinement ne prévoient pas ce cas en particulier. Comme dit au point 3, ne faut-il pas nuancer en se posant la question si la livraison d’un chiot peut être considérée comme essentielle et de première nécessité ? Plus est que la plupart des « clients » des éleveurs de la FCL n’habitent pas sur le territoire du Grand-Duché de Luxembourg, et comme les frontières sont fermées, aucun déplacement ne peut se faire pour ces cas.

PAYS – BAS : Oui, tant qu’ils gardent la distance de 1,5m. Le Kennel Club des Pays-Bas identifie les chiots par transpondeur. Nous avons changé notre procédure afin de limiter le risque de contagion. En conséquence, il n’y a plus de visite au domicile de l’éleveur.

ROYAUME-UNI : Toute personne travaillant dans le domaine de l’élevage de chiens (c’est-à-dire possédant une licence délivrée par les autorités locales) peut se déplacer pour livrer des chiots, selon la réglementation du confinement.

À présent, il est conseillé aux potentiels acheteurs de ne pas aller chercher les chiots.

Si le fait de garder des chiots plus longtemps qu’initialement prévu devient une préoccupation importante pour leur bien-être chez les éleveurs non professionnels, il est possible que cela soit considéré comme une excuse raisonnable pour quitter son domicile, conformément aux règles Covid-19 [veuillez noter que celles-ci diffèrent d’un pays à l’autre au Royaume-Uni]. De même, d’autres facteurs tels que les difficultés financières ou les problèmes de santé mentale liés à la garde prolongée des chiots peuvent également constituer des raisons valables pour quitter sa maison afin de transporter les chiots. Si vous transportez des chiots vers leur nouveau domicile, veuillez suivre les conseils donnés sur le site https://www.thekennelclub.org.uk/health/for-owners/coronavirus/advice-for-animal-related-businesses-and-local-authorities-during-covid-19/.

 

L’utilisation d’un transporteur commercial agréé pour les chiens peut également être envisagée, tant par les éleveurs commerciaux que non professionnels. Cela est autorisé par la réglementation sur le coronavirus.

5 – Y a-t-il une différence des règles entre les éleveurs professionnels et amateurs ?

LUXEMBOURG : la loi du 27 juin 2018 sur la protection des animaux ne fait pas de différence entre professionnel et amateur. Elle prescrit une autorisation à toute personne qui fait de l’élevage de chiens.

PAYS-BAS : en ce qui concerne le coronavirus, il n’y a pas de différence.

ROYAUME-UNI : Oui cf. question précédente.

 

6 – Comment cela se passe-t-il avec les vétérinaires ?

Sont-ils autorisés à faire : la vaccination ? l’identification des chiots ? des certificats de bonne santé pour la vente ? à se déplacer en élevage ?

LUXEMBOURG : Il appartient à chaque vétérinaire de décider sur les interventions à faire. Si le cabinet du vétérinaire est ouvert, celui-ci doit prendre toutes les mesures nécessaires afin que le bon fonctionnement des règles prescrites soit garanti.

PAYS – BAS : l’identification des chiots est effectuée par le Kennel Club, le Raad van Beheer, voir la réponse sous point 4. Les vétérinaires ont décidé de minimiser les services vétérinaires non-essentiels. Ils vaccinent toujours les chiots. Les examens (tels que radiographies pour la dysplasie de hanches et coudes) pour les animaux d’élevage sont toujours effectués, mais pas par toutes les cliniques. Les vétérinaires ECVO ont décidé d’arrêter les examens. Les éleveurs et les nouveaux propriétaires doivent contacter leurs vétérinaires afin de vérifier les services encore proposés.

ROYAUME-UNI : Les vétérinaires sont autorisés à exercer dans la situation actuelle, en particulier pour les soins d’urgence. Au cours des premières semaines de confinement au Royaume-Uni, les vétérinaires ont reçu des conseils non contraignants de limiter leur travail aux soins d’urgence. Suite à la poursuite du confinement, ces directives ont été mises à jour et les vétérinaires sont maintenant informés que les vaccinations primaires et les rappels annuels pour les chiens et les chats peuvent se poursuivre. Des micropuces peuvent être implantées si l’animal est déjà présent chez le vétérinaire pour l’activité essentielle, c’est-à-dire la vaccination primaire.

Le guide est disponible ici – https://www.bva.co.uk/media/3434/bva-guidance-for-veterinary-practices-on-covid-19-from-14-april-2020-final.pdf

Les cabinets vétérinaires individuels restent capables de prendre leurs propres décisions sur le travail qu’ils sont et ne sont pas disposés à faire.

 

7 – Comment cela se passe-t-il pour les refuges ? Sont-ils autorisés à organiser des adoptions ?

LUXEMBOURG : A partir du 20/04/2020 les refuges seront ouverts pour prendre des contacts téléphoniques en vue d’une adoption. Si toutes les conditions sont remplies l’intéressé peut se déplacer physiquement au refuge pour voir le chien et ceci bien évidemment sous condition que les règles de fonctionnement fixées soient respectées.

PAYS-BAS : comme les gens restent plus souvent à la maison, la demande de chiens est plus forte. Les gens se rendent souvent dans des refuges, mais – sagement – ils interrogent très bien les propriétaires potentiels, pour limiter le risque qu’après le coronavirus, le chien ne revienne au centre. En fonction du refuge, certains centres n’acceptent pas de visiteurs pour le moment, mais d’autres en autorisent encore et l’adoption est donc toujours possible.

Les éleveurs constatent également une demande plus importante de chiots. Nous leur avons envoyé un e-mail pour les avertir.

ROYAUME-UNI : Dans ce contexte, nous recommandons que, dans la mesure du possible, les responsables des refuges examinent sérieusement s’ils sont en mesure d’accueillir d’autres chiens ou de les placer, en raison des directives générales et des mesures de sécurité du gouvernement, tant que le confinement est en vigueur.

Le raisonnement qui sous-tend ces recommandations est le suivant :

En raison de l’interdiction des déplacements non essentiels, vous ne pourrez pas effectuer de contrôles à domicile. Cette mesure comporte des risques pour votre sécurité et celle des autres. Cela vous concerne également si vous devez aller chercher des chiens.

Vous devez tenir compte de votre propre capacité avant d’accepter d’accueillir des chiens et garder à l’esprit qu’il vous sera difficile de les placer dans un nouveau foyer à l’heure actuelle.

Nous attendons la publication prochaine de nouvelles lignes directrices par une coalition d’organisations de protection des animaux, qui fourniront un mécanisme permettant aux centres de sauvetage de livrer des animaux au domicile des personnes afin de les reloger. Ces directives viseront à clarifier la possibilité que les personnes remettent des animaux de compagnie aux refuges, soit par le biais d’une collecte par le refuge, soit en permettant à un propriétaire qui n’est plus en mesure de s’occuper de son animal de se rendre au refuge pour abandonner son animal.

 

 

Les réponses de l’Alliance Canine Latine (la RSCE (Espagne), l’ENCI (Italie) et le CPC (Portugal)) sont trouvables ici :  http://news.centrale-canine.fr/index.php/2020/04/17/le-confinement-vu-par-nos-voisins-lalliance-canine-latine/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *