Le confinement vu par nos voisins : l’Alliance Canine Latine

Nous avons interrogé nos homologues de l’Alliance Canine Latine (ACL) sur les effets de la quarantaine actuelle sur leur activité. Vous trouverez ci-dessous les questions et réponses de la RSCE (Espagne), l’ENCI (Italie) et le CPC (Portugal).

  1. Est-ce que des mesures de confinement ont été imposées dans votre pays ?

FRANCE : Le confinement concerne tous les citoyens depuis le 17 mars. Les travailleurs essentiels peuvent continuer à travailler mais tout le monde est confiné chez soi.

ESPAGNE : Tout le monde est en quarantaine depuis le 15/03/2020. Comme en France, les travailleurs essentiels continuent à aller au travail. Le reste de la population doit rester à la maison. [reprise du travail dans l’industrie et les constructions depuis le 13/04/2020, annoncée à la télé].

ITALIE : En Italie aussi, il y a des mesures de quarantaine et de distanciation sociale. Depuis le 12 mars, seulement les activités essentielles peuvent continuer à travailler.

PORTUGAL : Le confinement est effectif depuis le 18 Mars. Seuls les fournisseurs de biens considérés essentiels restent ouverts, ainsi que les travailleurs indépendants. Le pays est en état d’urgence jusqu’au 3 Mai. La population est libre de se déplacer mais la plupart des personnes reste volontairement confinés chez eux.

  1. Les dog shows et autres épreuves de sélection sont-ils annulés ?

FRANCE : Oui toutes les expositions et autres épreuves de sélection et activités canines sont annulées depuis le 17 mars. Avant cela, les rassemblements de plus de 5000 personnes sont interdits depuis le 8 mars, et la limite est passée à 1000 personnes le 15 mars.

Notre Championnat de France (prévu le 6-7 juin) est reporté au deuxième semestre 2020.

ESPAGNE : Oui, toutes les expositions et activités canines sont annulées.

ITALIE : En Italie, tous les évènements ont été annulés. Les expositions de fin février et les trialers de début mars notamment. L’ENCI a décidé d’annuler tous les évènements avant les interdictions officielles, consciente du danger que notre pays allait rencontrer.  Les interdictions officielles ont été annoncées très rapidement après cette décision de l’ENCI.

PORTUGAL : Toutes nos manifestations sont annulées ou reportées “sine die“. La distanciation sociale est recommandée.

  1. Une dérogation aux mesures de confinement est-elle prévue pour certaines activités économiques ? Si oui, l’élevage en fait-il partie ?

FRANCE : Oui, les personnes dont le travail ne peut s’effectuer en télétravail et est essentiel à la continuité de la vie de la nation, sont exemptées des mesures de confinement. L’élevage fait partie des domaines exemptés, y compris l’élevage de chiens, en théorie.

ESPAGNE : Comme en France, l’élevage canin est exempté de la quarantaine, en théorie, comme le travaux agricoles.

ITALIE : Comme en France.

PORTUGAL : Aucune limitation à l‘élevage n’est en place. Le CPC (Kennel Club Portugais) fonctionne normalement dans le domaine de l’enregistrement des naissances par télétravail. Nous pensons ouvrir nos bureaux vers le 15 Mai après avoir fait installer dans les bureaux les mesures de protection nécessaires. Nous fournirons masques et visières à tous nos employés.

  1. Concrètement, est-ce que les éleveurs ont le droit d’aller livrer les chiots chez les particuliers ?

FRANCE : Les éleveurs sont autorisés à livrer un chiot chez un particulier s’ils peuvent justifier que c’est un déplacement nécessaire et non reportable. Cela dépend aussi de s’ils ont trouvé un vétérinaire afin de faire les actes nécessaires à la vente. Et il faut que l’acquéreur ait accepté la livraison du chiot dans ces conditions. Le gouvernent a publié des bonnes pratiques et nous avons aussi donné à nos éleveurs des conseils pour organiser la livraison en limitant les risques de diffusion du virus entre humains.

ESPAGNE : La réglementation espagnole ne prend pas en compte la livraison de chiots, elle n’est pas autorisée.

ITALIE : Nous étions confrontés à une réglementation peu précise du Ministère de la Santé, donc l’ENCI a agi auprès de ce Ministère pour obtenir des réponses les plus complètes possibles.  Dans cette démarche l’ENCI a reçu le soutien de l’Association italienne des vétérinaires et d’associations de droits des animaux. L’ENCI a dû interroger directement le Département de la Protection Civile de la Présidence du Conseil. Après quelques jours une FAQ a été mise en ligne sur le site officiel du gouvernement pour informer qu’il n’y a pas de restriction sur les mouvements des animaux.

PORTUGAL : À leurs risques et périls, les éleveurs peuvent livrer les chiots.

  1. Y a-t-il une différence des règles entre les éleveurs professionnels et amateurs ?

FRANCE : En France, si un éleveur élève au maximum une portée par an, il est considéré comme non-professionnel. Il n’est donc pas inclus dans les mesures d’exemption de la quarantaine et doit rester chez soi avec tous ses chiots.

ESPAGNE : Pas de différence entre éleveurs commerciaux et non professionnels en Espagne.

ITALIE : La différence existe aussi en Italie, mais la réponse du gouvernement était générale et n’a pas fait de différence.

PORTUGAL : Aucune différence.

  1. Comment cela se passe-t-il avec les vétérinaires ?

Sont-ils autorisés à faire : la vaccination ? l’identification des chiots ? des certificats de bonne santé pour la vente ? à se déplacer en élevage ?

FRANCE : Les vétérinaires sont autorisés à pratiquer leur activité dans la situation actuelle, surtout pour des soins d’urgence et pour les obligations sanitaires en élevage. Les différentes institutions vétérinaires ont donné des conseils différents et comptent sur l’évaluation de la balance bénéfice-risque de chaque vétérinaire. Les vétérinaires doivent reporter toutes les actes non urgents, et la vaccination, l’identification et les certificats de santé ne sont pas dans la liste des actes essentiels et urgents.

ESPAGNE : Tous les vétérinaires sont autorisés à pratiquer leur activité en Espagne, mais ils doivent se concentrer sur les urgences.

ITALIE : En Italie, les vétérinaires peuvent pratiquer leur activité normalement. Les éleveurs et les propriétaires peuvent aller chez le vétérinaire avec leur chien en signant un formulaire sur lequel ils certifient les raisons du déplacement.

PORTUGAL : Les cliniques vétérinaires fonctionnent normalement avec l’imposition de distance sociale d’accès aux lieux de travail.

  1. Comment cela se passe-t-il pour les refuges ? Sont-ils autorisés à organiser des adoptions ?

FRANCE : Jusqu’à cette semaine, les particuliers n’avaient pas le droit de se déplacer pour aller adopter un animal. Sur demande des refuges, et notamment de la SPA, le gouvernement autorise depuis le 16 avril un processus d’adoption dématérialisée qui évite les contacts entre les particuliers adoptants et les personnels des refuges.

ESPAGNE : Oui, dans notre pays les refuges peuvent actuellement effectuer leur activité normale ; mais comme les gens doivent rester à la maison, l’activité est rare.

ITALIE : Les adoptions ne sont pas suspendues.

PORTUGAL : Les refuges travaillent en toute normalité mais avec beaucoup plus de cas d’abandon de chiens dû au Covid19.

Nous avons aussi interrogé plus largement les autres Kennels Clubs afin de vous offrir une vision globale des impacts de la crise actuelle sur la cynophilie mondiale. Nous vous transmettrons leurs réponses dans nos prochaines newsletters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *